TAM COC
Vietnam

Tam Coc – La baie d’Halong terrestre

Pour notre derrière semaine au Vietnam, nous voici à Tam Coc, un village touristique situé au sud d’Hanoï et au surnom flatteur de « Baie d’Halong terrestre ». En redescendant vers le sud, on espère retrouver une meilleure météo. Et bien que les nuages soient encore là, l’air s’est nettement réchauffé.

En arrivant à Tam Coc au lever du jour, on ne distingue pas encore le splendide paysage de montagnes karstiques qui est décrit sur toutes les brochures. Alors que nous recherchons encore notre homestay pour la nuit, nous tombons sur l’embarcadère au centre du village. Nous savions très bien que cet endroit est prisé des touristes, mais à la vue du nombre de bateaux qui remplit le port et des montagnes de gilets de sauvetages qui s’empilent sur le parking, il y a comme un petit flottement… Nous ne pensions quand même pas trouver un tel niveau « d’industrialisation touristique  ».

Heureusement, les activités ne manquent pas sur Tam Coc et ses environs. Ce qui permet de répartir la foule de touristes sur les différents sites. Et en s’y prenant bien, on arrive à se retrouver loin des foules… pour cela partir plus tôt ou plus tard que les bus de chinois et les troupeaux de coréens 😁 est une parfaite stratégie!

Nous sommes bien décidés à prendre le temps ici et prévoyons de découvrir bon nombre des sites autour de Tam Coc en vélo dès le lendemain.

Reflexion devant les statues du temple Thai Vi

Voir galerie du Vietnam

THAI VI, BINCH DONG PAGODE ET BIRD VALLEY … A BICYCLETTE

Les trois jours de visite que nous avions initialement prévus ne seront certainement pas suffisants car les points d’intérêts sont relativement dispersés autour de Tam Coc. Nous avons retrouvé nos deux roues pour parcourir les dizaines de kilomètres qui les séparent. Une joie de renouer avec la liberté du vélo 🙂 . Presque chaque homestay en loue et à des prix dérisoire. Mais bon, pour cette première journée, nous ne jouerons pas les grands explorateurs. Nous nous contentons de visiter les sites autour du village en commençant à nous imprégner de l’ambiance paisible de l’endroit!

Ce matin-là nous enfourchons donc nos bolides pour une première sortie en territoire inconnu ! 😊 Direction le temple de Thai Vi à 3 km (oui comme on vous l’a dit, nous y allons petit à petit… elle est bien loin la boucle de Thakhek et ses 80 km par jours XD ). À peine sortis du village, et nous voilà au beau milieu des rizières. Les paysans vietnamiens sont déjà à l’ouvrage dans leurs champs. Nous en profitons pour les observer quelques instants en train de patauger avec de l’eau jusqu’au genou en tirant quelques photos. Bien que l’atmosphère soit moins étouffante qu’au Laos, il fait vite chaud à pédaler au soleil et ces pauses sont les bienvenues.

Sur le chemin, peu de scooter. La majorité des gens sont à pieds ou à vélos ce qui rend notre ballade d’autant plus agréable. Nous arrivons alors devant l’enceinte du temple Thai Vi. Le temple est composé de plusieurs bâtiments répartis autour d’une cours et de bassins. De l’extérieur, l’architecture des bâtiments est relativement sobre mais lorsque nous nous approchons du bâtiment central dédié au culte, c’est un décor richement décoré qui nous accueille. L’hôtel déborde d’offrandes déposées aux pieds de statues dorées. Et alors que nous observons la scène, certains visiteurs déposent des bâtonnets d’encens encore fumant sur l’hôtel après avoir effectué une courte prière.

Nous faisons un tour du temple et de la cours, en appréciant particulièrement l’atmosphère paisible et remplie de spiritualité de ce lieu. Toutefois, nous regrettons de ne pas plus pouvoir en apprendre. Nous déplorons le manque d’affichages et de panneaux d’informations visant à partager l’histoire de ce lieu et de cette religion. Bien que la visite soit agréable, nous repartons sans en connaître beaucoup plus sur ce temple, ce qui manque certainement d’assouvir notre curiosité.

Voir galerie du Vietnam

Direction la pagode BINCH DONG désormais. Et pour cela, nous nous écartons un peu de la ville en empruntant un nouveau chemin à travers les rizières. Les montagnes défilent de chaque côté, laissant apparaître de vastes plantations de riz avant de se refermer à nouveau. Lorsque nous arrivons enfin à notre destination. En dehors d’un simple pont piéton qui traverse la rivière aucun signe de la pagode… mais au vu de la file de touristes qui traverse le pont, nous savons que nous sommes au bon endroit.

Nous laissons nos vélos aux traditionnels parkings payants qui poussent comme des champignons devants tous les sites d’intérêt. Chaque village fabrique le sien de toute pièce, permettant ainsi de générer une source de revenus non négligeable pour chacun d’entre eux. Une courte marche amène jusqu’à la pagode cernée de toutes parts par les falaises à-pic. Le temple ressemble d’assez prêt à celui que nous avons vu juste avant. Toujours cette cours centrale avec trois bâtiments répartis en U dont le bâtiment central dédié au culte. Mais dans celui-ci le décor est encore plus époustouflant. On a l’impression que tout est recouvert de feuilles d’or ! Encore une fois il est marrant de voir le contraste détonnant entre l’extérieur tout en sobriété et l’intérieur qui semble crouler sous les richesses et les offrandes.

Nous empruntons un escalier qui monte discrètement derrière le temple. On s’enfonce alors dans la montagne pour déboucher dans des grottes avant de gagner un autre petit hôtel complètement perdu dans le cœur de la montagne. Certainement un endroit ayant une signification particulière mais encore une fois, les explications manqueront cruellement à la visite. On s’octroie une bonne pause dans ce lieu à l’abri des foules (les chinois ne supportent pas l’effort physique… XD ) puis nous descendons récupérer nos vélos.

Pour terminer cette virée à vélo, nous choisissons de découvrir la «Bird valley», à près de 10km du village… 😲.

En arrivant à proximité de la vallée, nous buttons sur un poste de contrôle. Payant ou pas payant cette fameuse vallée ? On nous avait dit que c’était gratuit… mais une fois de plus, la beauté de la nature est prise en étau et l’attraction se révèle payante ( notre grand regret en Asie …). Le temps de tergiverser un peu afin de savoir si elle en vaut vraiment le coup et nous voilà rejoins par un couple de français. Eux aussi se posent la question d’y aller devant le poste de contrôle et nous entamons la discussion. Alors que nous échangeons sur nos différentes expériences en Asie, le garde nous siffle en nous demandant de nous pousser de la voie.

Arrive alors un cortège d’une cinquantaine de voitures. Militaires et hauts gradés, c’est tout un bataillon qui fonce vers la vallée… bon et bien il semblerait que le choix soit fait. Apparemment il y a un événement organisé là-bas et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a du beau monde ( et surtout, bien trop de monde pour nous qui aimons les grands espaces sans personne ). Oublié donc les promenades au milieu des chants d’oiseaux et retour sur Tam Coc ! 😁

Voir galerie du Vietnam

TAM COC BOAT TOUR

L’après-midi touche à sa fin. Le soleil est encore au rendez-vous et un petit coup d’œil à la montre nous indique que si nous faisons vite, nous pouvons encore effectuer la fameuse ballade « Tam Coc Boat Tour » (rappelez-vous, celle avec les montagnes de gilets sur l’embarcadère). Effrayés par la foule et afin de profiter au maximum de la beauté des lieux, nous souhaitions l’effectuer au lever du jour ou à la tombé de la nuit. L’occasion est donc parfaite ! On pose les vélos à la Homestay et on se précipite à l’embarcadère. En arrivant sur place, on aperçoit encore beaucoup de bateaux sur l’eau mais la majorité sur le retour. Sur le quai, plus tant de monde que ça. Il nous reste juste assez de temps avant que le comptoir ne ferme. Nous prenons nos tickets et embarquons.

Un petit bout de femme est aux commandes à l’arrière, les deux pieds sur les rames et à demi-couchée sur un siège. Un parasol lui permet de s’abriter des rayons du soleil, encore chauds à cette heure-ci. La spécialité de la ville : ramer avec les pieds ! … Si si c’est loin d’être une blague. Si cette technique permet moins de fatigue sur ces petites barques, elle a également permis de rendre cette ballade une attraction populaire à Tam Coc. Nous espérons que ce business très lucratif profite aux villageois, et pas seulement aux sociétés qui organise les sorties.

Alors que nous quittons tranquillement le port, nous croisons un nombre incalculable de barques qui rentrent dans l’autre sens. On se dit que l’heure est bien choisie. La rivière est désormais quasiment vide et le soleil est sur le point de se coucher. Au seul bruit des pagayes frappant l’eau, le chemin serpente à travers les rizières entourées de montagnes gigantesques. Les parois à-pics semblent infranchissables quand soudain, face à nous, se dresse un immense mur karstique où certains arbres ont eu peine à trouver refuge. La barque avance pourtant inexorablement. Alors que nous nous rapprochons, nous découvrons notre issue. L’eau s’engouffre sous la montagne par une grotte bas de plafond juste devant nous. L’obscurité nous enveloppe alors que nous nous enfonçons petit à petit sous la montagne. Au loin, nous apercevons la faible lueur du jour qui surgit dans le noir. Lorsque nous sortons enfin de cette cave, le spectacle est délicieux. L’impression de pousser une porte sur un autre monde nous envahi, d’autant plus que les rizières sont désormais baignées par les rayons de soleil de fin d’après-midi. L’atmosphère s’est nettement rafraîchit et nous sommes désormais quasi seuls sur l’eau.

Nous passons par trois fois sous les montagnes et chaque fois le spectacle nous réjouit. C’est donc cela, « Tam Coc »… littéralement « Les trois grottes ». L’ambiance sur l’eau est si apaisante et le décor si magique que l’on en oublie pour une fois que nous sommes sur une attraction à touristes.

Au bout de 2h de ballade, notre barque regagne le port en empruntant le même chemin qu’à l’aller. Lorsqu’on remet le pied sur l’embarcadère, c’est avec un sourire jusqu’aux oreilles que l’on constate que ce dernier s’est complètement vidé. Les bus ont disparu et les comptoirs sont clos. Le soleil passe derrière les montagnes, laissant le ciel se parer de couleurs orange et rose magnifiques. Notre périple ici a bien débuté et nous prenons le temps pour digérer cette belle journée autour d’une bière ;).

Alors que nous en profitons pour préparer la suite de notre périple à Tam Coc, Stéphanie lève la tête et elle n’en croit ses yeux ! C’était bien eux ! Un peu plus tôt dans la journée, sur la rivière, il lui a semblé reconnaître son ancien Directeur de Formation. Il lui a semblé qu’il l’avait reconnu aussi. Mais cela paraissait trop ‘fou’, de se rencontrer ainsi, à 10 000 km de la France, sur une barque au milieu d’une rivière au Vietnam. Et bien, ce soir, c’est bien lui, ce retraité de la banque, qui profite de la douceur de la ville avec son épouse et des amis. Aussi surpris l’un que l’autre, nous nous racontons nos parcours sur le bord du trottoir pendant un long moment. C’est amusant et en même temps touchant de se retrouver dans ces conditions des années après s’être vus pour la dernière fois. Nous ne savions pas encore qu’un peu plus tard dans le séjour, nous passerons la soirée avec une autre collègue de Steph, venue passer ses vacances au Vietnam avec son fils. Le monde est, tout compte fait, petit 🙂

Voir galerie du Vietnam

MUA CAVE ET TRANG AN

Le deuxième jour de notre séjour à Tam Coc, nous décidons de visiter deux autres sites très connus pour leurs paysages si particuliers : Mua Cave et Trang An.

Nous enfourchons nos bicyclettes pour rejoindre le premier des deux. Mua Cave est un point de vue situé sur un de ces fameux sommets karstiques qui semblent inatteignables vue d’en bas. Le chemin est aménagé par un immense escalier en pierre… et on ne compte plus les marchés pour arriver en haut. Nous sommes partis un peu tard et la chaleur est étouffante.

Alors quand nous finissons par atteindre le point de vue, nous en profitons pour faire une longue pause et se rafraîchir à l’ombre du petit monument qui marque le sommet. La vue est incroyable sur les montagnes et les rizières. Ces montagnes verdoyantes semblent avoir poussé au beau milieu des plantations de riz. En contrebas nous apercevons la rivière que nous avons emprunté la veille lors de la ballade en barque. Et au vu des bateaux qui se suivent en file indienne, on se dit que l’on a été assez chanceux d’avoir pu l’apprécier dans le calme en étant quasi-seuls sur l’eau ! 😁

Sur ce site encore très prisé, les bus de touristes sont nombreux. Ces derniers se succèdent dans les 500 marches qui montent aux points de vue. Nous sommes clairement sur un  » Spot à Selfie », le passe temps favori des touristes asiatiques. Cela ne nous étonne plus et ils prennent encore des risques inconsidérés afin d’avoir la plus belle photo instagram. Nous apprendrons même un peu plus tard que de nombreux décès sont à déplorer chaque année sur de nombreux sites du fait de la dangerosité des postures prises. En attendant, malgré la beauté des lieux, nous ne parvenons pas à savourer comme il se doit, du fait du sentiment d’étouffement ressenti en hauts des pics. Certaines fois, nous ne parviendrons même pas à accéder aux espaces tant il y a de monde en file indienne pour prendre la pose.

Nous redescendons de notre perchoir pour rejoindre notre prochaine balade : une nouvelle virée en barque à Trang An.

Voir galerie du Vietnam

Ce site est particulièrement connu pour son archipel de montagnes au milieu d’un labyrinthe de rivières et d’étendues d’eau. Ce qui lui a valu le titre de «baie d’Halong terrestre». Une partie de l’endroit a été construit de toute pièce pour le tournage du film «King Kong». Ce qui a encore renforcé la notoriété du site… et ramené encore plus de touristes. A tel point que lorsque nous arrivons sur place, on manque la crise cardiaque de peu ! C’est une vision d’horreur qui s’offre à nous. Une concentration de bateau et de gilets inimaginables sur l’eau… jamais vu cela ! On se croirait dans un mauvais rêve. Et dire que nous pensions que la ballade à Tam Coc était déjà extrêmement touristique… là c’est dix fois pire. Ce sont des dizaines de bateaux qui rentrent et partent du port chaque minute.

Du coup on ne sait plus trop quoi faire. Le site est assez éloigné du village et l’on se dit que c’est dommage de repartir sans essayer… mais en même temps comment l’apprécier dans ces conditions. Après de longues (très longues) minutes d’hésitation, durant lesquelles nous faisons les 100 pas sur le parking immense, on décide de tenter le coup. Trois circuits sont proposés. Un peu au hasard, nous choisissons le premier en espérant que tous les autres prendront le deuxième ou le troisième 😂.

Une fois dans le bateau, nous quittons le port et au bout de quelques minutes chaque bateau prend une direction correspondant au circuit choisit. Les embarcations se perdent dans cette immense labyrinthe et nous finissons finalement par être en seule compagnie d’un bateau devant nous. Dans ce cadre beaucoup plus paisible, la magie des lieux se dévoile enfin. Les montagnes nous cernent de tous les côtés et l’impression d’être dans un autre monde se fait de plus en plus ressentir. Comme notre précédente virée nous passons par plusieurs grottes mais cette fois pour atteindre des criques au cœur de la montagne. Dans ce cadre complètement fou, le bateau accoste pour nous débarquer et nous sommes invités à découvrir un temple historique. Un lieu est décrit comme le cœur de Trang An. Au sein de cette atmosphère si particulière, nous en saisissons toute la portée.

Après ce break, notre bateau repart. Le circuit fait le tour de plusieurs temples avant de regagner le port après plus de trois heures de ballade. Définitivement Trang An cache bien ses trésors et il est impressionnant de voir le nombre de temples et sites religieux dissimulés dans ce labyrinthe naturel. Arrivés avec beaucoup d’appréhension et un sentiment d’oppression tenace, nous repartons finalement enchantés de ce lieu passionnant. Une visite inattendue dont nous aurons finalement réussis à profiter en étant assez préservés de la masse de touristes que nous avions vu au port.

Voir galerie du Vietnam

Nous regagnons notre camp de base qu’est Tam Coc pour passer les quelques jours restant en mode farniente avant de revenir sur Hanoï et prendre l’avion pour l’Indonésie.

Tam Coc nous aura saisi par son côté touristique ( trop ..) mais en même temps raffiné. C’est un lieu où il fait bon se reposer. Chaque homestay est élégante. Tel un prolongement de la maison, chacune possède son petit jardin entretenu, coloré et illuminé chaque soir. L’accueil est toujours bon, les petits déjeuners copieux et composés de délicieux fruits locaux.

Nous avons longtemps hésité à finir notre séjour au Vietnam sur la très réputée « baie d’Halong ». Finalement la météo annoncée comme très mauvaise nous a convaincu et conforté dans l’idée de ne pas nous y rendre. Nous n’avons eu aucun regret à rester à Tam Coc un peu plus longtemps… en boudant sa grande soeur plus prisée située sur la côte Nord-Est du Vietnam. On peut désormais le dire, les paysages de Tam Doc valent le détour et l’endroit mérite pleinement sa renommée.

HANOI LE TEMPS D’UN WEEKEND

Voilà la fin de notre séjour au Vietnam qui arrive à grands pas. Nous prévoyons deux jours dans la capitale avant de prendre notre avion pour l’Indonésie. Deux jours pendant lesquels nous travailleront essentiellement sur le site Internet et le don de sang. Et pour cela, le Xofa, un café du centre-ville, s’avère être le QG idéal. Hanoi est une ville bouillonnante d’activité, où le scooter est roi. Aussi cette adresse située dans une des rues piétonnes de la ville sera notre bulle d’air frais. En effet, après le paisible village de Tam Coc, le contraste est fort avec la capitale.

Concentrés sur notre travail et dans la préparation de notre voyage en Indonésie, nous prendrons finalement assez peu de temps pour visiter cette ville. Nos sorties se limiteront ainsi à quelques escapades autour du centre ville, et du lac rendus piétons pour le week-end où nous prendrons plaisirs à échanger avec les élèves venus améliorer leur anglais au contact des touristes… et pour une fois on ne se sentira pas trop mauvais 😂 !


Voir galerie du Vietnam

Si aux premiers abords cette ville intimide par son effervescence et son activité débordante, les petites rues adjacentes aux grandes artères bruyantes dévoilent des merveilles de secrets. La vie à la «vietnamienne» est bien souvent synthétisée dans ces quartiers populaires, rassemblés par secteurs d’activité. Et que dire de la vie qui s’organise à même la voie du chemin de fer qui traverse la ville et qui est toujours en activité. Nous sommes tout aussi impressionnés par la vie qui commence à 4h du matin avec des cours de Tai Chi ou des joggings. Le tout en groupe et aux quatre coins de la ville. Il semble qu’Hanoï soit aussi bruyante qu’insolite et c’est ce que nous avons fini par aimer dans la capitale bouillonnante du Vietnam.

Mais deux jours passent vite et il nous faut déjà prendre l’avion pour une autre capitale non moins connue. Jakarta nous attend et nous décollons du Vietnam avec des souvenirs plein la tête. Le pays, ses gens et son histoire, nous ont saisi, ému, troublé. Il ne serait pas étonnant que nous retournions y passer quelques jours, dans un patio à l’ombre, avec un bon café glacé 😉😁 !!

2 commentaires

  • Avatar

    gisou

    avec nos 33 degrés du moment ; ce voyage en barque et ces belles photos ,toutes ces belles descriptions , j ai passé une superbe après midi merci encore pour ces belles découvertes bises

  • Avatar

    SYLVIE LE CLANCHE

    Je vois que le voyage continue avec toujours de jolies surprises et moments d’étonnement délicieux…Les photos qui agrémentent vos récits nous permettent une meilleure appréhension de ce que vous décrivez, même si il manque les photos des lieux grouillants de vos chers « amis touristes » avec les nombreux bateaux et les montagnes de gilets de sauvetage… enfin je dis ça, je dis rien… 🙂
    Vivement le prochain récit de vos périphéries en Indonésie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *